© 2019 YB

ENTREPRISE BE 0713 405 306

Définitions de ce que je peux vous apporter

COMMUNITY MANAGEMENT / CREATEUR DE COMMUNAUTES

L’activité de community management désigne l’activité de gestion de la présence d’une marque ou organisation sur les réseaux sociaux et autres espaces communautaires.

Les objectifs du community management sont généralement :
– de gérer la réputation ou l’e-réputation de la marque
– de promouvoir la marque, ses offres et ses événements
– d’instaurer un dialogue avec les clients et prospects
– de favoriser l’engagement social
– d’assurer un support sur les réseaux sociaux
– …

 

SOCIAL SELLING

Dans un contexte "B2B", même si je n'apprécie pas ce mot, le social selling désigne l’ensemble des pratiques qui consistent à utiliser les réseaux sociaux professionnels pour le développement des ventes. Dans la pratique et dans le contexte occidental, le social selling se résume en grande partie à l’utilisation du réseau social LinkedIn et de Twitter.

Le social selling se traduit par des pratiques individuelles quotidiennes de la part des commerciaux, mais également par de véritables stratégies et dispositifs d’entreprise mis en place par les acteurs du B2B. Le social selling est évidemment complémentaire des autres techniques commerciales et marketing.

PERSONAL BRANDING

 

Le marketing personnel, ou personal branding, ou marketing de soi-même, est le fait de manager les compétences d'une personne, ses valeurs et sa valeur ajoutée pour son entourage, son public professionnel, son positionnement et son image, comme on markète un service.

L'image du nom, prénom et éventuellement surnom, nom de scène et pseudonyme propre à un individu est l'addition d'une réputation et d'une identité professionnelles.

NEUROMARKETING

Le neuromarketing désigne la prise en compte et l’utilisation dans le domaine du marketing des avancées de la neuroscience qui vise à observer et mesurer les réactions du cerveau et du système nerveux face à différents stimulis.

Le neuromarketing est surtout pratiqué dans le domaine publicitaire. Dans ce cadre, on observe les réactions du cerveau et les zones concernées lors d’expositions à des messages publicitaires. C’est un moyen de mesurer les réactions émotionnelles et l’efficacité émotionnelle.

La neuroscience a par exemple permis de mettre en évidence que le contexte (nature du support, moment de visualisation,..) d’un message publicitaire influence fortement son traitement cérébral.

Le neuromarketing utilise l’observation directe de l’activité du cerveau, mais également l’analyse du comportement facial à travers les expressions du visage et, par extension du terme, d’autres indicateurs plus ou moins directement liés au système nerveux. Il peut également éventuellement prendre en compte et utiliser  le rôle d’un neurotransmetteur tel que la dopamine pour tenter de favoriser un comportement d’achat ou d’usage.

NUDGE MARKETING

Le nudge marketing, ou marketing incitatif, est une discipline émergente qui s'intéresse au comportement du consommateur.

Le but de cette discipline est d’inciter un individu à agir d’une certaine manière, sans jamais chercher à le contraindre, « nudge » signifiant « coup de pouce » en anglais. Pour l’instigateur de cette démarche, l'intérêt est de pouvoir agir sur différents leviers relatifs au processus décisionnel d'un consommateur, dans le but de le faire changer de comportement pour un coût très faible, tout en incitant l'individu à effectuer un choix avantageux pour lui.

Le concept renvoie également à l’étude des mécanismes décisionnels d’un consommateur lorsque différents choix de comportement s’offrent à lui.

L’enjeu principal du nudge marketing est d’inciter l’individu à agir de manière différente, plus responsable.

Le but est de ne pas contraindre l’individu. En aucun cas l’instigateur de la démarche (une entreprise ou une quelconque organisation) ne lui impose d’opter pour la solution qu’il considère comme la plus avantageuse. L’individu conserve son libre arbitre. Cependant, l’émetteur va tenter de lui faire comprendre de manière très simple qu’un changement de comportement serait plus avantageux pour lui également.

Le nudge s’appuie sur différents postulats qui permettent de guider la démarche :

  • Messager : le consommateur est souvent influencé par l’émetteur du message.

  • Incentive : les réponses du consommateur aux choix proposés sont orientées par des raccourcis mentaux.

  • Normes : en tant que consommateur, l’individu est influencé par ce que font les autres (pression socialebonnes mœurséthique…).

  • Défaut : le consommateur a tendance à suivre par défaut les choix sélectionnés, ou qui sont plébiscités.

  • Saillance : l’attention est attirée par ce qui est nouveau et qui semble pertinent.

  • Primauté : les actes sont influencés par des déclencheurs inconscients.

  • Émotions : les associations émotionnelles du consommateur peuvent fortement orienter les actions entreprises.

  • Cohérence : le consommateur cherche à être cohérent avec ses engagements publics.

  • Ego : il agit de manière à avoir une bonne image de lui-même.

Cette démarche peut permettre de :

  • Faciliter : l’émetteur va chercher à simplifier l’action de décision par défaut, voire à vulgariser le message pour qu’il soit le plus compréhensible possible.

  • Attirer l’attention : il va chercher à montrer l’attractivité de l’offre, du choix, mais aussi des récompenses ou sanctions qui découlent du comportement de l’individu.

  • Normaliser : le but est de montrer qu’un certain nombre de personnes ont adopté le comportement désiré par l’émetteur du nudge. L’émetteur cherche alors à utiliser le pouvoir des réseaux, et à favoriser l’engagement public.

  • Planifier : il va également chercher à expérimenter le nudge au bon moment pour le consommateur, c’est-à-dire à casser ses habitudes pour modifier le processus décisionnel en faveur de l’émetteur, et généralement du consommateur aussi.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now